Les enfants

Signe d’une profonde évolution de la société, la garde alternée est entrée officiellement dans le Code Civil en 2002. Environ 20 % des enfants de parents séparés ont organisé leur vie en fonction de cette pratique qui se passe généralement bien et évite l’affaiblissement voire la perte du lien avec l’un des deux parents. Réussir une garde alternée passe d’abord par une bonne organisation.

La proximité des domiciles des deux parents

Quand la séparation est bien acceptée, la proximité des domiciles des deux parents ou une desserte facile grâce aux transports en commun évite à l’enfant la fatigue des déplacements et surtout, doit lui permettre, quelque soit son lieu de garde de se rendre facilement à l’école.

Lorsque la rupture est source de conflits et n’est pas digérée par l’un ou l’autre, cette promiscuité peut poser des problèmes. Habiter à deux pas d’un « ex » trop curieux peut revêtir quelques inconvénients… Mais attention, le juge peut refuser la résidence alternée s’il estime que la distance trop importante entre les domiciles des deux parents est une entrave à ce mode de garde.

La durée des séjours

Contrairement aux idées reçues, rien n’oblige à ce que l’enfant vive une semaine chez maman et une semaine chez papa. Il n’existe aucune règle en la matière, vous pouvez choisir une alternance de semaines, de quinzaines, de mois, de trimestres…. Cependant, plus l’enfant est jeune, plus la séparation avec l’un ou l’autre parent devra être brève. Evitez toutefois les gardes trop courtes. Un enfant contraint de changer de domicile tous les 3 jours aura la désagréable impression d’être balloté. La décision doit se prendre au cas par cas, en concertation avec le ou la principal(e) intéressé(e).

Pour aider un très jeune enfant à se repérer, vous pouvez indiquer, sur un calendrier, les séjours chez papa et maman au moyen de deux couleurs différente. L’essentiel est que votre enfant sache clairement à l’avance chez qui il va séjourner.

La gestion des affaires

Pour que l’enfant ne manque de rien en terme de vêtements, de jouets… et pour éviter une « manutention » régulière d’affaires, l’idéal est de prévoir un nécessaire vestimentaire, de toilette et ses jouets qui resteront sur place, dans chaque maison. Cela oblige à acheter des vêtements en doublon pour chaque saison mais évite les transferts, les oublis, les valises trop lourdes et facilite l’intégration de l’enfant dans sa «deuxième famille». Les seules affaires qui accompagneront l’enfant lors de chaque changement de domicile seront le doudou, le matériel de classe et les jouets préférés.

L’importance de la place de l’enfant dans chaque domicile

Pour que la garde séparée se passe le mieux possible, l’enfant doit bénéficier d’un espace personnel chez papa comme chez maman. Même s’il doit partager sa chambre avec ses frères et sœurs chez l’un ou chez l’autre, l’essentiel est que son lit ne soit pas utilisé pour un autre usage lorsqu’il est absent et que ses affaires (notamment ses jouets personnels) n’aient pas été utilisés, au pire abîmés.

Le partage des frais

La charge financière de l’enfant est en principe répartie de manière équitable entre les deux parents. Le juge ordonne rarement le versement d’une pension pour l’un ou pour l’autre à moins qu’il existe une disparité conséquente de revenus entre les deux ex-époux. En ce qui concerne les dépenses médicales, il est préférable de rattacher l’enfant à la Sécurité Sociale de ses deux parents qui pourront être chacun directement remboursés des frais engagés pour l’enfant.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont identifiés *